Retour à l'accueil - Logo Presto'cog

Presto'cog | ANR blanc 2014-2018

Accueil > Avancement des travaux


Avancement des travaux

1 - OBJECTIFS INITIAUX DU PROJET

Le projet PReSTO'Cog vise à étudier les effets de stress embryonnaires naturels, artificiels et maternels sur le comportement, le système endocrinien et la plasticité cérébrale de juvéniles à des stades très précoces.
Le stress prénatal (SP) a été le sujet d'un intérêt scientifique spectaculairement grandissant ces vingt dernières années et, de nos jours, il interpelle avec force des domaines aussi différents que la recherche fondamentale, le bien-être animal et la préservation des espèces ou la santé humaine.
PReSTO'Cog engage plusieurs études sur des modèles trés innovants et adaptés : céphalopodes (seiche), poissons (poisson zèbre et truite) et oiseaux (caille et poulet).
Les modèles proposés étant tous précoces (les petits sont autonomes à la naissance), une analyse des réponses comportementales dès l'éclosion est possible, en évitant d'éventuels biais induits par des interventions de la mère.
Ces facteurs de stress naturels (alarmes, odeurs des prédateurs, ...) ou artificiels (manipulation, ...) sont aussi appliqués chez les mères juste avant la ponte. Des études endrocriniennes permettront de mettre en évidence les réponses physiologiques de l'embryon, ou, le cas échéant de la mère, à ces facteurs de stress. Pour évaluer les compétences comportementales des nouveaux-nés de chaque espèce, des tests sont effectués sur comportements exploratoires, défensifs et/ou alimentaires.
La comparaison des résultats obtenus chez ces modèles, très différents mais possédant tous des modalités de développement bien circonscrites et contrôlables, permettra d'élargir les conclusions de ces recherches à une grande variété d'espèces.

2 - TRAVAUX EFFECTUES ET RESULTATS ATTEINTS SUR LA PERIODE CONCERNEE

P1 (modèle seiche):
Groupes expérimentaux : Témoins non stresses (T), Stress maternel (Smater), Stress prénatal artificiel (Sart stress lumière soudaine), Stress prénatal naturel (Snat odeur prédateurs).
Principaux résultats : - WP1 : Un stress prénatal (naturel ou artificiel) directement appliqué à l'embryon ne semble pas induire d'effet délétère sur les principaux composants des comportements défensifs des nouveaux-nés (analyse encore en cours). Stress maternels et artificiels altèrent le comportement prédateur et la réactivité au stress. Un stress maternel semble induire des éclosions anticipées. - WP2 : des manipulations de la mère semblent avoir des effets sur le taux de cortisol (mesuré sur fèces). - WP3 : les techniques de marqueurs d'activité cérébrale et de divisions cellulaires ont été mises au point.
P2 (modèle poule) :
Groupes expérimentaux : Témoins non stressés (T), Stress maternel (Smater), Stress prénatal artificiel (Sart stress thermique), Stress prénatal naturel (Snat cris d'appel de congénères).
Principaux résultats : - WP1 : Un stress prénatal artificiel induit des troubles de croissance, des réactions de peur plus intenses, il a un effet délétère sur certaines capacités cognitives du poussin. Ces effets n'ont pas été retrouvés chez les poussins du groupe Snat. Les poussins du groupe Smater semblent plus réactifs aux stimulations nouvelles mais sont plus motivés en situation de récompense. - WP2/3 : Les oeufs des femelles stressées sont plus concentrés en hormones stéroïdiennes. Une activité dopaminergique accrue dans le noyau accumbens a été trouvée chez les poussins du lot Smater.
P3 (modèle caille) :
Groupes expérimentaux : Témoins non stresses (T), Stress maternel (Smater), Stress prénatal artificiel (Sart stress bruit métallique), Stress prénantal naturel (Snat cris prédateurs).
Principaux résultats : - WP1 : Les cailleteaux provenant des groupes Sart et Snat ont certaines capacités cognitives altérées, la réactivité émotionnelle des cailleteaux Sart est plus élevée que cell des cailleteaux du groupe Snat. Le stress maternel a des effets sur la réactivité émotionnelle, la latéralité et les capacités d'apprentissage des jeunes.
P4 (modèle poisson zèbre) :
Groupes expérimentaux : Témoins non stresses (T), Stress maternel (Smater), Stress prénatal artificiel (Sart stress L-cystéine), Stress prénatal naturel (Snat phéromone d'alarme)
PRincipaux résultats : - WP1 : Une augmentation des comportements de type "anxieux" a été montrée chez les alevins provenant des 3 groupes pré-cités. Les conséquences des tress appliqués à l'embryon ou à la mère sont sensibles sur plusieurs aspects du développement cérébral. Les investigations qui concernent le développement cognitif des alevins des différents groupes sont en cours (-WP3-)..
P5 (modèle truite) :
Groupes expérimentaux : Témoins non stresses (T), Stress maternel (Smater), Stress prénatal artificiel (Sart), Stress prénatal naturel (Snat)
Principaux résulats - WP1 : Les stress prénatals naturel et artificiel induisent une diminution de la taille des alevins, leur mortalité est augmentée par un stress maternel. Les alevins des 3 groupes expérimentaux sont plus réactifs à un environnement nouveau que les témoins mais seuls les alevins du groupe Smater et Snat semblent montrer un profil "anxieux" au cours des différentes épreuves du crible comportemental. - WP2 : Pas d'induction d'augmentation du taux de cortisol plasmatique chez les mères stressées ni dans leurs oeufs. Les alevins issus de ces femelles montrent une réponse endocrinienne atténuée par rapport à ceux des mères non stressées. Les résultats sont opposés chez les aleveins Sart.

Télécharger la page

Dernière modification : 4 dcembre 2015